Oui, il faut modifier le PLU de Triel-sur-Seine

Date 3/10/2016 22:58:59 | Sujet : Vie écon. et sociale

Octobre 2014, nous dénoncions dans le Planitre les méfaits de la loi ALUR, votée discrètement entre les deux tours des Municipales, pour Triel-sur-Seine et l’Hautil en particulier. En effet, la suppression soudaine du COS et des superficies minimales des terrains constructibles avait, avec la densification urbaine qui allait s’accentuer, un effet immédiat catastrophique sur le caractère rural de notre hameau, son intérêt paysager et bien entendu sur l’environnement.

Novembre 2014, notre association rencontre la Mairie pour évoquer ce problème et demande instamment au Maire de lancer au plus vite une modification du PLU afin de redéfinir des règles de constructibilité des parcelles plus respectueuses de notre environnement et de la bonne intégration des bâtiments dans celui-ci. Bien que partageant notre avis il nous est alors expliqué qu’il était difficile d’ajouter des contraintes qui seraient vues comme une tentative de contournement de la loi ALUR.

Septembre 2015, pressée de construire des logements aidés qu’elle a toujours refusés, la Municipalité lance des réunions de concertation sur l’urbanisme. On y découvre alors tous les projets immobiliers prévus sur la ville et dans notre quartier où l'on nous confirme la réalisation de 20 ou 30 logements dont une partie de logements sociaux sur le terrain de foot situé en bordure de la RD22. On évoque alors le PLU et les modifications que la Mairie souhaitait y apporter afin de stopper la partition anarchique des parcelles rendues possibles par l’application de la loi ALUR dont justement nous dénoncions les effets néfastes l'année précédente. Serions-nous enfin écoutés ?

Novembre 2015, notre association rencontre à nouveau la Mairie qui fait état de la sectorisation de la taxe locale d’aménagement (TLA) et du lancement de la procédure de modification du PLU.

La TLA est une taxe que paie tout nouveau propriétaire (anciennement taxe locale d’équipement) qui permet de financer les équipements publics (voirie, réseaux, etc.). Il est envisagé de multiplier par 3 ou 4 cette taxe à l’Hautil. Nous exprimons notre réserve quant à cette mesure déraisonnable qui, si elle limitera le nombre de construction en décourageant les nouveaux acquéreurs, nous semble surtout un moyen pour la mairie de récupérer de l’argent. Nous avons aussi souligné l’effet de bord désastreux pour une famille qui souhaiterait procéder à un agrandissement et qui se verrait dans l’impossibilité de le réaliser compte tenu du montant de cette taxe.

Concernant le PLU, pour limiter la division des parcelles qui frise l’anarchie dans certains quartiers dont l’Hautil (150 demandes de construction depuis mars 2014 dont des parcelles à 200 m2 !), la Mairie accepte de prendre en compte nos demandes sur les emprises et espaces verts. Nous suggérons à la Municipalité d’ajouter l’obligation d’aménager 2 places de parking par nouvelle habitation, ceci permettant de réduire la surface habitable mais aussi et surtout de limiter l’utilisation abusive de l’espace public pour le stationnement (dont le stationnement sauvage sur les trottoirs).

De Mars 2014, année de promulgation de la loi ALUR à aujourd’hui de nombreuses constructions ont vu le jour. Un certain nombre de programmes n’ont heureusement pas abouti. Nous regrettons certaines maisons qui enlaidissent notre quartier, d’autres érigées sur des parcelles minuscules y créant plus de promiscuité mais surtout toutes celles qui ont porté atteinte à l’environnement. Défrichements, déboisements, qui saura dire quelle part de forêt aura disparue dans cette urbanisation galopante ? Il n’est que d’observer le campanile de notre chapelle, caché habituellement par de grands arbres et maintenant visible de nombreux points de vus.

Septembre 2016, l’enquête publique concernant le projet de modification du PLU de Triel est ouverte et ce jusqu’au 19 Octobre. Quels impacts pour l’Hautil ?

Concrètement, pour les zones UHa et UHb les emprises seront divisées par 2, elles passeront respectivement de 30% à 15% pour un terrain < 800 m2 et 20% pour un terrain > 800 m2 et de 20 à 10% pour un terrain < 800 m2 et 15% pour un terrain > 800 m2. La proportion d’espaces verts sera portée de 50% à respectivement 65% et 80%. L’idée étant de gommer la disparition des superficies minimales. De plus les constructions devront être implantées à 10 m minimum de l’alignement des voies existantes au droit de la parcelle et à une distance de 10 mètres minimum et au moins égale de 2 fois la hauteur pour les constructions en limites séparative de fond de propriété. Enfin il faudra aménager 2 places de parking pour toute construction nouvelle.

Alors, oui toutes ces mesures vont dans le bon sens, dans le sens où nous souhaitons préserver notre quartier, le bien vivre .. à l’Hautil. Bien sûr il faudra prendre part à l’effort collectif de logements aidés et à défaut de vouloir (pouvoir ?) s’y opposer nous comptons fermement influer sur la nature des constructions et des aménagements préservant au mieux le caractère de notre hameau et de l’environnement boisé dans lequel il s’est développé.


Cet article provient de L'Hautil
http://www.vdisanzo.teaser-hosting.com

L'adresse de cet article est :
http://www.vdisanzo.teaser-hosting.com/modules/news/article.php?storyid=377