Sections
Communiquer
Contact
L'Hautil-Le Bruit en Ile de France - Bien Vivre à l'Hautil - Articles
Accueil Recherche Contact
Bienvenue sur l'Hautil
Situé à l'ouest de Paris , le massif de l'Hautil domine les vallées de l'Oise et de la Seine ainsi que les plaines du Vexin français. Son altitude atteint 191 mètres, ce qui en fait un des points culminants le plus haut d'Ile-de-France.

Plutôt connu pour ces anciennes carrières de gypse qui ont une fâcheuse tendance à s'effondrer, le plateau de l'Hautil offre une véritable oasis de verdure et abrite bien plus que des chevreuils et des éperviers.

Ainsi une poignée d'irréductibles a choisi d'habiter ce lieu privilégié et de défendre cet espace naturel, calme et convivial. Cet espace d'information se fait l'écho de tout ce qui compose et anime cette petite vie locale. De tous les combats mais aussi de toutes les fêtes, l'hautilois se veut ainsi ...

Bien Vivre à l'Hautil : Le Bruit en Ile de France
Posté par lhautilois le 20/1/2018 16:43:50 (113 lectures)

LE BRUIT, UNE NUISANCE PASSÉE SOUS SILENCE

FNE Ile-de-France et Bruitparif se sont alliés pour dresser un bilan le plus complet possible du bruit et de ses impacts dans notre région francilienne. Pour cela, ils ont fait appel à différents spécialistes du bruit : acousticiens, médecins, biologistes, mais aussi associatifs et élus impliqués dans la lutte contre ces nuisances qui touchent plusieurs millions de nos compatriotes franciliens.

Près de 9 Franciliens sur 10 se montrent préoccupés par les bruits de leur environnement et près de la moitié s’en inquiètent très fortement selon une enquête de 2014 réalisée par l’Ifop pour le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE). Près de 6 Franciliens sur 10 considèrent que le bruit affecte leur santé.

Les effets du bruit sur la santé sont nombreux et dépassent la simple gêne : perturbations du sommeil, augmentation des risques cardiovasculaires, baisse des capacités de concentration, troubles des apprentissages et bien sûr aussi, pathologies auditives pour les expositions aux niveaux sonores élevés (>85 dB) qui aboutissent à détruire irrémédiablement nos cellules sensibles (cellules ciliées) peu nombreuses (15 000 par oreille) et qui ne se régénèrent pas. Les chiffres concernant la perte d’audition en France sont particulièrement inquiétants ; les études récentes - caisses d’assurances maladies, Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) et Organisation mondiale de la santé (OMS) - font état de plus de 7,5 millions de personnes atteintes plus ou moins gravement de troubles auditifs (perte de 25 à 40 dB) et, selon la Journée nationale de l’audition, 1 Français sur 4 souffre de bourdonnements et de sifflements dans les oreilles (acouphénie) dont 6 % de manière permanente.

Deux causes sont avancées : le vieillissement et le bruit. Parmi les personnes atteintes, plus de 2,5 millions ont moins de 55 ans et c’est chez les moins de 25 ans que les prévisions sont très alarmantes. Celles des spécialistes de l’audition suggèrent un accroissement très important des personnes souffrant de troubles auditifs à l’horizon 2025, tant chez les personnes âgées que les jeunes en raison de leur addiction aux systèmes d’amplification de la musique (tablettes, smartphones, etc.). Le bruit chez les jeunes, les actifs et les personnes âgées va devenir un des fléaux majeurs de santé du 21e siècle.

Paradoxalement, l’homme a besoin d’un environnement sonore pour vivre et se déplacer comme l’ont montré des expériences de vie en chambre insonorisée. L’audition a une double fonction : une fonction de communication grâce à la parole et une fonction d’alerte et de sécurité qui repose sur la vigilance du système auditif et la perception permanente des sons ambiants. A cela s’ajoute une fonction physiologique qui peut s’apparenter à un sixième sens, l’équilibre, lié à l’oreille interne dont le fonctionnement dépend de la qualité de l’audition.

L’urbanisation intense de nos villes, les modes de déplacements, les activités économiques concourent toutes à accroître les bruits qui nous agressent. La prise en compte de l’environnement sonore dans la ville dense doit devenir un leitmotiv de la part des architectes, des urbanistes mais aussi des élus des collectivités et de leurs services administratifs.

Le traitement des conséquences induites par la pollution sonore risque lui aussi de gonfler fortement les dépenses de santé. Le coût social du bruit en France a été évalué pour la première fois par le Conseil national du bruit : le rapport publié en juin 2016 fixe le chiffre à 57 milliards d’euros par an. Ce chiffre faramineux va s’ajouter à tous ceux qui sont annoncés actuellement dans le cadre de commissions nationales parlementaires ou de publications de spécialistes, comme le coût social de la pollution de l’air évalué à 101 milliards d’euros (Rapport des sénateurs J.F. Husson, L. Aïchi, juillet 2015). Ces chiffrages qui donnent le tournis sont une motivation très forte pour agir, car si l’on ne prend pas des mesures urgentes pour diminuer les risques environnementaux (bruit, air, inondation, climat, biodiversité…), ces chiffres seront fortement majorés. Ainsi que le suggérait en 2006 le vice-président de la Banque mondiale Nicholas Stern pour les risques climatiques, en les situant à 5-20 % du produit mondial brut et en indiquant que, si on consacrait dès à présent 1 % de ce PMB à sa prévention, on ferait d’énormes économies tout en préservant la vie sur la planète.

Dans ce numéro spécial de Liaison, nous avons souhaité vous donner les meilleures bases pour comprendre le bruit et ses conséquences en santé ainsi que les différentes sources de bruits qu’ils soient de voisinage, routiers, aériens ou ferrés.
La parole est aussi donnée à plusieurs élus de collectivités territoriales afin qu’ils nous précisent ce qu’ils comptent faire pour limiter cette nuisance, le bruit.

Télécharger le dossier complet.

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Login
Who's Online
3 utilisateur(s) en ligne (dont 3 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 3

plus...
© 2001-2017 Vincent Di Sanzo - hautil.org