Sections
Communiquer
Contact
L'Hautil-Commission Consultative des Services Publics Locaux de Triel - Vie écon. et sociale - Articles
Accueil Recherche Contact
Bienvenue sur l'Hautil
Situé à l'ouest de Paris , le massif de l'Hautil domine les vallées de l'Oise et de la Seine ainsi que les plaines du Vexin français. Son altitude atteint 191 mètres, ce qui en fait un des points culminants le plus haut d'Ile-de-France.

Plutôt connu pour ces anciennes carrières de gypse qui ont une fâcheuse tendance à s'effondrer, le plateau de l'Hautil offre une véritable oasis de verdure et abrite bien plus que des chevreuils et des éperviers.

Ainsi une poignée d'irréductibles a choisi d'habiter ce lieu privilégié et de défendre cet espace naturel, calme et convivial. Cet espace d'information se fait l'écho de tout ce qui compose et anime cette petite vie locale. De tous les combats mais aussi de toutes les fêtes, l'hautilois se veut ainsi ...

Vie écon. et sociale : Commission Consultative des Services Publics Locaux de Triel
Posté par lhautilois le 22/10/2005 21:00:55 (5621 lectures)

La Commission Consultative des Services Publics Locaux de Triel s'est réunie le mardi 6 septembre 2005 afin d'examiner les rapports annuels des services de l'eau et de l'assainissement. Cette commission est composée de 24 membres, le Maire, en qualité de Président, 11 conseillers municipaux et 12 représentants d'associations Trielloises. Cette année deux représentants de la Générale des eaux ont assisté à la réunion : Alain Coat, directeur de l'Agence Nord-Yvelines et Mikaël Boucher, responsable du service eau.

Nous avons tout d'abord adopté le compte-rendu de la commission 2004. Puis Mme Martaud nous fait la lecture du rapport du délégataire sur l'eau potable. Conformément à ma demande de l'année dernière, le rapport inclue enfin le réseau qui dessert une partie de l'Hautil. Alors que la majorité des Triellois sont desservis par le forage communal captant la nappe de l'Albien située à 500 mètres de profondeur, les 53 de la rue des Frères Leiris et au-delà sont desservie par un forage de Courdimanche captant les sables yprésiens avec un débit maximal de 20 m3/h. L'eau subit une désinfection au chlore gazeux.

Concernant le rendement du réseau on note une très légère amélioration par rapport à l'année dernière pour un rendement global qui passe de 73% à 76%. Il faut savoir que ce taux pourtant très mauvais est dans la moyenne nationale. Avec 199 940 m3 d'eau partis en fuites sur 833 093 m3 d'eau distribuée, on mesure encore l'effort à fournir.
Concernant la qualité, Mme Martaud rappelle la nouvelle réglementation et en particulier l'abaissement de la concentration en plomb à 25mg/l depuis le 1er janvier 2004 et à 10mg/l après 2013. Les travaux ont commencés l'année dernière pour supprimer les branchements en plomb existants sur la commune. Il en reste environ 491 un peu plus que l'année dernière compte tenu de ceux qui ont été déjà remplacés et de ceux que l'on vient de découvrir. Mais il est rappelé que les propriétaires privés sont aussi concernés pour la mise en conformité de leurs réseaux intérieurs.

Mme Martaud évoque le grand débat sur l'eau qui a lieu en ce moment sur l'eau (utilisation, protection, etc ..). La consultation du public est ouverte du 2 mai au 2 novembre, un certain nombre de documents sont mis à sa disposition ainsi qu'un questionnaire auquel il faut répondre.

Pour le bilan sur la qualité de l'eau distribuée à l'Hautil, on nage en eau trouble. En effet le rapport du délégataire fait état de deux contrôles ayant révélés une pollution bactériologique (coliformes) les 18 et 23 mars 2004. Dans la fiche de synthèse 2004 produite par la DDASS, rapport que vous n'avez peut-être pas reçu mais que l'on m'a remis, on apprend que tous les prélèvements sont conformes.

Interpellé sur la question, Mikaël Boucher explique " là où il y a eu les prélèvements, rue des Frères Leiris, c'est en bout de réseau, l'eau n'y circule pas s'il n'y a pas de tirage chez les particuliers, pour un prélèvement représentatif il faut donc faire couler l'eau avant. " J'exprime mon étonnement que l'on puisse laisser croire que la DDASS ne sache pas cela. Mme Da Silva aussi " il doit y avoir des préconisations quant aux procédures d'échantillonnage sinon les mesures ne veulent plus rien dire".

Néanmoins, la Générale des eaux affirme avoir mis en place un suivi renforcé qui se traduit par des mesures mensuelles afin de s'assurer qu'il n'y a pas de pollution bactériologique.

M. Mamou ajoute "ce qui a été détecté ce ne sont pas bactéries pouvant causer des maladies mais simplement des témoins de souillures, ce ne sont pas ces microbes là qui vont vous rendre malades. Il faut chercher s'il n'y a pas des conduites d'eau et d'évacuation d'eaux usées qui se touchent ou communiquent".

J'en viens à poser justement la question de l'origine de cette pollution. A défaut de réponse le débat fini par conclure, à ma grande surprise, que les prélèvements ont été mal faits. On justifie cela par l'absence de tout contrôle positif dans la fiche de synthèse envoyée tout récemment par la DDASS.

Eléments de satisfaction : les taux de nitrates et de pesticides sont en forte baisse, pour ce dernier " la moyenne est inférieure au seuil de détection ".
Je me suis quand même permis d'interpeller ces messieurs de la Générale des Eaux, " la moyenne de nitrates baisse, mais reste encore élevée, ne peut-on pas encore faire mieux ? " L'on me répond, tout sérieusement, et sans aucun cynisme, qu'il n'y a aucun intérêt à traiter plus tant que l'on se situe sous les seuils autorisés. Je réponds " Certes dans la vie on peut toujours se contenter d'une situation médiocre, mais tout le monde a droit une certaine qualité de vie, les gens ont aujourd'hui un degré d'exigences et ont droit à une eau de qualité. Mais si vous ne voulez pas investir dans le traitement de l'eau polluée, pourquoi ne pas desservir les 50 familles Hautiloises concernées par l'eau du captage albien de Triel ? ".

M. Houlemare s'adressant aux représentants de la Générale des Eaux, "Je vais relayer la demande de M. Di Sanzo, étant maire de Triel, je suis aussi maire de ces cinquante familles, est-ce donc possible et comment ? "

Alain Coat : " Par des travaux hydrauliques. Actuellement le réservoir de la rue des Frères Leiris est alimenté par le forage de Courdimanche et il va sur Vauréal en passant par Jouy le Moutier. C'est un circuit tout à fait particulier qui passe dans votre quartier. On pourrait modifier le système d'alimentation en doublant la canalisation actuelle par une autre qui irait dans l'autre sens, Jouy le Moutier continuerait d'être desservie par le Val D'Oise. "

J'exprime mon étonnement quant à la complexité de la solution proposée et dont les coûts doivent être rédhibitoires. M. Houlemare lui demande d'étudier la question et d'effectuer un chiffrage de la solution.

Mme Martaud reprend la lecture du rapport et énumère tous les travaux qui ont été effectués en 2004 sur le réseau (réparations, renouvellement de branchements, travaux dans l'usine Saint-Martin, renouvellement d'une pompe de reprise à la station de l'Hautil, renouvellement des sondes et du plancher du réservoir de l'Hautil, etc .) ainsi que ceux qui sont prévus en 2005 (rue du Général Leclerc, amélioration de la pression rue des Frères Leiris, remplacement des branchements en plomb, etc.).

Mme Martaud apporte une réponse sur les différents prix d'abonnement qui existe et qui dépendent du fait que l'on soit propriétaire ou non de son compteur.

Le prix TTC du m3 d'eau hors abonnement mais avec assainissement est de 3,08 euros soit une augmentation de 2,33% par rapport à 2003.

Aux questions libres, M. Mamou (pédiatre, conseiller municipal) interroge la Générale des Eaux sur la recherche de rota-virus car il constate tous les ans en novembre une recrudescence de gastro-entérites chez les enfants et les parents lui demandent si l'eau ne pourrait pas en être la cause. Alain Coat ne sait si cette recherche fait partie des analyses effectuées sur l'eau mais exprime son doute sur l'origine de ces gastro-entérites et accuse plutôt un défaut d'hygiène. " Il vaudrait mieux conseiller aux gamins de se laver les mains avant de passer à table. "

F. Spangenberg émet des réserves quant aux coûts de l'eau qui ne cesse de progresser. M. Houlemare n'est pas très rassurant " ce dont je suis certain c'est que le prix de l'eau continuera de monter ne serait-ce que par le fait de la mise en assainissement collectif là où il n'y est pas encore. La seconde raison est la charge que représente le traitement de l'eau afin qu'elle soit conforme aux critères de qualité"

Vote : la majorité de la commission vote pour, abstentions (3), contre (2)

Madame Martaud nous fait la lecture du rapport sur les services de l'assainissement. " Il y a sur Triel 2 746 foyers raccordés au réseau d'eaux usées, 835 foyers ne sont pas raccordables et utilisent donc un système autonome. Je rappelle qu'il n'y a pas obligation à se raccorder au réseau collectif si le réseau ne passe pas à proximité de l'habitation (en fait les zones autonomes se définissent sur des critères de distances, de coûts et de techniques).

Le service d'assainissement est géré en régie directe par la ville, mais elle adhère au SIARH (Syndicat intercommunal de la Région de l'Hautil) qui gère le collecteur situé sous le CD22, l'extrémité de la rue des Saussaies, la rue de Chanteloup et la rue Saint-Martin et le collecteur situé sous les quais de la Seine, puis assure le transfert des eaux usées vers la station de traitement de Carrières-sous-Poissy et à terme vers l'usine du SIAAP (Syndicat Interdépartemental pour l'Assainissement de l'Agglomération Parisienne).

Le réseau de la commune est composé de 40 km de canalisations. Les eaux usées sont collectées par un réseau séparatif (eaux usées et eau pluviale). Actuellement il est recommandé dans la mesure du possible d'infiltrer les eaux pluviales sur site.

Le curage de 1/3 du réseau est planifié chaque année. L'entretien annuel, sous-traité à la société EAV, comprend la visite de l'ensemble des bouches d'égout, le nettoyage des regards et canalisations, le nettoyage de 400 bouches d'égout, l'évacuation des produits de curage qui se fait vers l'usine de traitement ECOPUR (Ecquevilly).

En 2004 il a été retiré 23 tonnes de boues de curage des collecteurs et 30 tonnes de boues des avaloirs.

Dans une démarche préventive, lors d'observations de problèmes spécifiques tels que de légers affaissements visibles en surface, il a été effectué des inspections télévisées des réseaux, 1270 mètres ont été inspectés en 2004.

En 2004, la commune a réalisé la 42ème opération d'assainissement, 61 propriétés ont été raccordées au réseau.

Les travaux d'assainissement sont subventionnés à hauteur de 40% par l'Agence de l'Eau Seine-Normandie et par le Conseil Général à hauteur de 10%. L'Agence de l'eau a annoncé qu'elle ne subventionnerait plus de travaux jusqu'à une date indéterminée compte tenu de son engagement financier dans la construction de la station d'épuration du SIAPP et de la mise en conformité des rejets afin de se mettre en règle avec les objectifs européens. Les extensions du réseau d'assainissement Triellois sont donc fortement compromises. Fin 2004 environ 75% de la totalité des travaux inscrits dans le schéma directeur de la commune ont été réalisés.

Conséquence immédiate : " Dans le quartier des Fontenelles, la deuxième partie de la rue ne va pas être faite, de même que le chemin des Tourets qu'il aurait fallu traiter rapidement mais qui ne pourra être fait. Ce sont deux points un peu durs qui nous mettent mal à l'aise vis à vis des résidents " conclue M. le Maire.

Plusieurs demandes de rétrocessions de réseaux sont parvenues à la commune : Cerisaie, Coteau des Silves et hameau de l'Armoise. Il a été demandé à ces associations de mettre en état leurs réseaux avant de les céder à la commune.

Une discussion assez longue a permis d'évoquer le cas difficile de la Cerisaie où l'état du réseau est déplorable et nécessite de lourds travaux de remise en état que les copropriétaires ne peuvent assumer.

Dans notre commune, la participation pour chaque branchement individuel s'établit en 2004 à 1173 euros.

vote : la majorité de la commission vote oui, abstention (1)

Vincent Di Sanzo

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Login
Who's Online
8 utilisateur(s) en ligne (dont 5 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 8

plus...
© 2001-2017 Vincent Di Sanzo - hautil.org