Sections
Communiquer
Contact
L'Hautil-Contenu
Accueil Recherche Contact
Les projets en cours

Le projet de communauté de communes de Pierre Cardo, Conseil Municipal de Chanteloup du 24/09/2001
 
Il est présenté à l'assemblée la mise en place d'une communauté de communes qui s'effectuera en deux phases : 
- la première phase consiste à déterminer le périmètre géographique qui est du ressort du Préfet sur la demande du Conseil Municipal. 
- la deuxième consiste à déterminer les compétences et à voter les statuts par délibération du Conseil Municipal 

Il est proposé au Conseil Municipal de demander à Monsieur le Préfet d'engager la procédure tendant à la création d'une communauté de Communes et à ce titre d'arrêter un premier périmètre intégrant les communes d' Andrésy, Chanteloup-les-Vignes, Chapet, Triel- Sur-Seine, Verneuil Sur Seine et Vernouillet. 

L'intercommunalité contre les ghettos ? La mixité sociale est une utopie - Pierre Cardo (06/99) in (c) Intercommunalités 2003 

Ayant été plusieurs fois sous les feux des projecteurs, sa commune est connue pour son quartier "à problèmes". " Avoir un peu moins de familles en difficulté chez moi pour en mettre un peu plus chez les autres : la mixité sociale est une utopie, lance-t-il. Faut-il malgré tout tenter de l'imposer ? L'État continue à s'interroger. En réalité, il ne sait pas quoi faire et reporte tous les problèmes sur les élus locaux. On nous parle à présent de l'agglomération comme une solution miracle mais cela ne changera rien ". Pour Pierre Cardo, au delà même de l'échelle territoriale, la mixité sociale ne constitue pas la vraie réponse aux problèmes des quartiers.
"L'État républicain a reculé dans les quartiers en difficulté, dénonce-t-il. Résultat : des zones de non droit et un taux de délinquance en hausse constante. Un système mafieux fait régner la violence et la terreur. La justice comme la police ne remplissent plus leur rôle. De plus, 33 % des élèves arrivent en sixième sans savoir lire et écrire". Inquiet face à cette situation qui ne cesse de se dégrader, l'élu francilien prône plus d'État et surtout " mieux d'État ". " Si les fonctions régaliennes de l'État (police, justice, éducation nationale...) étaient réellement assurées, une grande part des problèmes humains de nos quartiers disparaîtrait. Sur ma commune, je suis persuadé que si on parvenait à faire respecter le droit, le parc HLM se remplirait facilement ".
Lassé de devoir frapper sans cesse à toutes les portes, le député-maire de Chanteloup-les-Vignes explique qu'il essaie de créer depuis des années une communauté de communes. " Personne n'en veut, regrette-t-il. Je suis une commune pauvre entourée de communes riches. Celles-ci n'ont aucune envie de partager mes problèmes et encore moins d'accueillir des populations en difficulté sur leurs territoires. Un refus d'autant plus net que nous sommes à deux ans des élections municipales ! Je préside depuis neuf ans le syndicat mixte pour le schéma directeur de la zone : il aurait dû préfigurer la création d'une agglomération. J'attends toujours ! "
" L'intercommunalité est toujours souhaitable pour le développement économique, les transports ou la réalisation de gros équipements, reconnaît l'élu francilien. Mais y recourir pour favoriser la mixité sociale constitue une fausse bonne idée. Aujourd'hui, les communes et l'État ne savent pas faire, ou ne veulent pas faire, alors on se propose de transférer l'initiative aux syndicats intercommunaux. Mais, soyons réalistes, ce n'est pas en déléguant, même avec la carotte de nouveaux financements, qu'on règle les problèmes ".
Par ailleurs, Pierre Cardo considère qu'il n'existe toujours pas un vrai dispositif pour les communes les plus défavorisées comme la sienne. " Les contrats de ville ou les GPU (grands projets urbains) - sa commune vient d'être classée GPU - présentent des intérêts mais restent insuffisants, estime-t-il. Il faudrait une réelle et profonde réforme des dotations de l'État ".
A propos des moyens supplémentaires qui vont être accordés aux futures communautés d'agglomération, il craint la création d'une nouvelle inégalité. " Étant avec des communes qui ne veulent pas créer avec moi une agglomération, je ne pourrai donc pas bénéficier de ces nouvelles aides ".
Un peu désabusé, Pierre Cardo se demande si en définitive la décentralisation n'a pas accordé trop de pouvoirs aux maires, en matière d'urbanisme et de logement social, et renforcé du coup les égoïsmes locaux. " En matière de POS, par exemple, les maires font ce qu'ils veulent. La loi LOV a changé un peu cela mais de façon beaucoup trop modeste. Globalement, les communes continuent de construire du logement social à dose homéopathique. Face à cette situation, l'État doit s'impliquer davantage et retrouver des pouvoirs pour permettre plus d'égalité ". 

L'avis de JP Houlemarre, maire de Triel sur Seine (propos recueillis le 15/11/2002)

" Le troisième projet d'actualité c'est l'intercommunalité, je travaille sur le sujet depuis de nombreuses années avec Verneuil et Vernouillet. Depuis 2001 l'intercommunalité porte sur un périmètre plus vaste mais je reste persuadé qu'il est plus facile de faire un petit peu à peu nombreux que de vouloir faire beaucoup avec beaucoup de monde. L'intercommunalité fait peur car certains ont peur des autres, de l'inconnu, ils ont peur de perdre un peu de leur pouvoir mais l'intercommunalité se fera forcément car il y a de la part des élus la volonté d'améliorer le service rendu à la population en général. Les communes n'ont pas les moyens toutes seules de faire cela. On a besoin de gagner en économie d'échelle, de ne pas multiplier les choses dans chaque commune. Le mouvement est irréversible et plus on attend plus on perd de l'argent. Nous avons mandaté un organisme public d'étude, l'EPAMSA (Etablissement Public d'Aménagement du Mantois et Seine Aval) dont le président est Franck Borotra, qui est aussi président du conseil général. Il y a un travail de diagnostic qui en cours et dont le but est de mesurer d'un point de vue objectif les points forts et les points faibles de chaque commune du grand secteur de la boucle de Chanteloup mais aussi d'évaluer les synergies possibles, les intérêts possibles croisés, ou les désintérêts affichés avec des communes plus importantes que sont Poissy, Conflans ou les Mureaux. "


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
Login
Who's Online
3 utilisateur(s) en ligne (dont 1 sur Contenu)

Membre(s): 0
Invité(s): 3

plus...
© 2001-2017 Vincent Di Sanzo - hautil.org